Virée en pays andalou

Classé dans : Carnet de Voyage | 2

Après les quelques jours passés sur Malaga et en attendant l’intervention prévue à l’Alliance Française le 27 novembre, nous décidons de faire une petite virée dans cette mystérieuse et envoûtante Andalousie.

Premier objectif : Almachar, où nous devons assister à une rencontre des écoles de Verdiales.

IMG_4257

Les Verdiales sont une forme musicale et dansée d’origine très ancienne et vivant dans les envions de Malaga. Ils font partie de la famille des fandangos, genre musical qui était, bien avant le flamenco, un des principaux en Andalousie et plus largement en Espagne. Le répertoire flamenco a beaucoup puisé dans cette forme musicale. Il existe même un type de chant flamenco (un palo) directement issu de ces verdiales : les malagueñas.

Almachar est le premier de ces villages aux maisons blanches, perchées sur des hauteurs, que nous rencontrons dans cette Andalousie rurale.

IMG_4275

Nous assistons donc, dans une salle aux représentations des différents groupes (pandas) des différentes écoles, qui exécutent, en costume, les chants et danses dont ils ont le secret.

Malheureusement, ce n’est pas véritablement une musique pour la scène et encore moins qui mérite d’être amplifiée… Le résultat est impossible à enregistrer avec notre petit matériel ! Voici tout de même une petite vidéo pour vous donner un aperçu.

Quelques mots supplémentaires sur cette musique (explications qui nous ont été données par Rodolfo et Elen, tous deux interprètes ce soir là.) L’origine de cette musique et cette danse est très ancienne (des éléments sont issus de l’Anatolie antique et auraient été amenés par les phéniciens sur la péninsule ibérique) et sa forme a pu être préservée grâce aux reliefs des monts de la région de Malaga qui en font une région relativement isolée. Selon les styles, d’autres influencent se font sentir (l’influence arabe se fait par exemple sentir dans le style Comares, comme le montre l’utilisation du luth espagnol, le bandurria, mais également la présence de mélodie plus élaborées). Cette musique est transmise oralement.

IMG_4246

C’est une musique participative et très populaire, si bien que tout le monde ou presque en connait les codes et le répertoire. Les instruments ont pour habitude de changer de main fréquemment et tout le monde chante ou danse à un moment ou un autre. C’est une musique de fête, qui se joue habituellement dans les bars, le soir, pendant les vendanges, les solstices, les mariages etc. Les thèmes évoqués dans les chants sont ceux de l’amour, du vin, des joies de la vie, des racines, mais aussi de thèmes plus tristes comme la peine. Mais toujours avec une certaine légèreté.

Les instruments généralement présents sont : un violoniste (qui dirige la musique), 2 ou 4 guitares (ou luth), un pandero (tambou sur cadre), plusieurs platillos (petites cymbales) et castagnettes (plus petites que dans le flamenco). L’existence de formations (pandas) bien définies est ressente. Il y a également un chef d’orchestre qui dirige le chant (qui chante et quand).

IMG_4224

La danse est un élément important et ne s’effectue jamais seule. Les danses sont exécutées par des hommes et des femmes.

Suivent les Alpujaras et Grenade

IMG_4357

Nous quittons Almachar en direction de Grenade et nous nous arrêterons sur la route dans les Alpujarras. Ces petites montagnes sont en fait les contreforts de la fort célèbre Sierra Nevada, qui culmine à plus de 3400 mètres d’altitude. Les villages, qui se cachent dans les creux de la montagne, ont une drôle d’allure. Ils sont fait de petites maisons blanches cubiques aux toits plats, qui rappellent que les Alpujarras furent un des refuges des populations maures chassées de Grenade auprès la Reconquista espagnole en 1492.

IMG_4358

Ce qui nous mène tout droit à Grenade et à son Alhambra…

IMG_4584

Nombreuses villes andalouses et certains mots castillans commencent par le préfixe « Al », nous nous rendrons par exemple à Almachar et à Algeciras. Ce « Al », qui vient de la langue arabe, signifie « le ». L’Espagne et plus particulièrement l’Andalousie est profondément marquée par la culture arabique de par la domination des arabes et des berbères qu’elle connaitra du VIIIème au XVème siècle. Le langage n’est pas la seule trace de cet héritage en Andalousie : l’architecture, les habitudes de vie, l’art et les méthodes agricoles, telle l’irrigation sont dus ou inspirés d’un de leurs plus proches voisins. De Gibraltar, l’Afrique n’est qu’à 14km !

IMG_4633

A Grenade, le magnifique site de l’Ahlambra, « la Rouge », est le dernier palais intact nous restant des différentes dynasties musulmanes ayant régné sur l’ « Al-Andalus ». A la suite de la Reconquista espagnole qui finit de chasser les maures de leurs terres, les Rois Catholiques d’Espagne décideront non pas de détruire ce magnifique palais, comme ils le feront pour nombreux monuments musulmans, mais de le restaurer pour y vivre. Ils ne sera donc pas complètement détruit, ce qui permettra de voir, aux siècles suivants, sa complète restauration. Un site splendide à l’image du raffinement de l’architecture maure.

Le reste en photo !

2 Responses

    • assomarenostrum

      Merci à toi et à tous ceux qui nous suivent et nous soutiennent ! Gitanjali et moi te souhaitons une belle nouvelle année et espérons que tout va bien sous le soleil vinsobrais ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *