Réponse aux questions de la classe de CE2-CM2 de l’école de St Sériès

Classé dans : Blog des Ecoles | 1

Bonjour aux élèves de la classe de Mme Etienne ! Nous sommes contents de recevoir votre petit message et sommes ravis de répondre à vos questions !

Charlotte nous a posé la question de savoir quel était notre repas préféré en Espagne.

Personnellement, le plat que j’ai le plus aimé est la Porra, plat dont nous avons dévoilé la recette il y a quelques jours sur le site. C’est une soupe de tomate froide, mais très onctueuse. Un régal !
Pour le petit déjeuner, nous avons aussi un peu pris l’habitude de manger salé, comme les gens font ici, en Andalousie. Mon petit déjeuner préféré est le  pitufo a la catalana. C’est un sandwich avec de la tomate fraiche écrasée (une sorte de coulis, en fait), de l’huile d’olive et du jambon serrano (jambon cru).

Pour Gitanjali, son repas préféré sont les tapas. Ce sont des petites portions de nourriture qui accompagnent une boisson dans un bar (le plus bu ici étant la bière). Quand tu en commandes plein à la suite, tu es largement rassasié. Et cela ne coûte pas grand-chose. Cela peut être, par exemple : des asperges grillées, des pommes de terre à l’aïoli (mayonnaise à l’ail et l’huile d’olive), des petites brochettes de viande marinée, des tranches de fromage, des sardines grillées (à l’huile d’olive, au persil et à l’ail), du boudin grillé, des petits morceaux de poulpe etc… Gitanjali est aussi devenue adepte du pitufo a la catalana, mais sans le jambon.

IMG_4119
Repas de Tapas avec Maëva et Juan ! Au centre, le plat avec la couleur orangée, c’est la porra, dont vous pouvez retrouver la recette ici : http://assomarenostrum.com/?p=701

D’une manière générale, la nourriture est un des grands plaisirs du voyage pour le moment !

Émeric nous demande ensuite comment s’est passé notre voyage.

C’est une question assez large ! Cela demande une réponse un peu longue, je vous préviens !

Il y a des cotés positifs, et des négatifs !

Nous avons complètement changé nos habitudes de vie, du jour au lendemain, en abandonnant beaucoup de confort. Bien que ceci soit voulu et fasse aussi beaucoup de bien (moins d’ordinateur, un regard plus simple sur la vie, par exemple), nous avons rencontré aussi de nouvelles contraintes. Le plus dur est le rythme des journées : nous vivons un peu avec le soleil, et ce dernier est assez pressé, en ces temps d’hiver. Nous ne le voyons pas beaucoup (il se couche tôt !). Notre soucis principal est de trouver un lieu pour dormir, si possible avant la nuit, car nous préférons voir où nous nous installons. Et nous n’aimerions pas que quelqu’un vienne nous voir en colère parce qu’il ne veut pas que nous nous mettions à un endroit, ou que la police nous demande de partir. Bien que cela ne soit pas encore arrivé, cela reste dans un coin de notre tête.

Autrement, tout prend beaucoup de temps dans nos gestes quotidiens, comme préparer à manger, faire la vaisselle, ranger les affaires etc. En effet, il nous faut à chaque fois tout déballer et tout remballer. Nous mettons ainsi un certain temps à partir le matin, car nous attendons que le soleil réchauffe un peu les environs, puis nous déjeunons, rangeons, décidons où nous rendre et quoi faire.

Bref, les journées sont courtes !

Le mauvais temps est moins drôle encore que lorsque l’on possède quatre murs pour s’abriter : nous devons cuisiner, faire la vaisselle dehors. Si nous avons de quoi nous abriter un peu (une bâche), ce n’est quand même pas évident. C’est comme ça, avec le froid, le vent, la pluie et un peu de fatigue, que j’ai attrapé un bon rhume il y a quelques semaines.

IMG_4320
Notre cuisine nomade, qui s’adapte aux contraintes météorologiques en utilisant des lieux parfois insolites ! Comme ici, dans les Alpujarras, où nous devions nous abriter du vent froid d’un matin en altitude (près de 1500m d’altitude).

Nous avons longtemps imaginé et préparé ce voyage, mais nous ne savions évidemment pas ce que cela serait en vrai. Cela nous oblige un peu à chercher notre manière de faire durant les premiers moments du périple. Par exemple, nous avons beaucoup roulé à droite à gauche, en descendant vers l’Andalousie, pour visiter, découvrir, un peu au hasard. En fait, nous nous sommes rendus compte que nous trouvions cela un peu dommage, car nous ne parvenions pas à rencontrer trop de personnes ni à comprendre plus profondément les lieux que nous visitions. Nous voulons tout voir, mais nous ne pouvons pas (ce serait comme décider de découvrir toute la France en un mois). Nous avons donc pensé que pour la suite, il serait préférable de rester plus longtemps dans un ou deux endroits en particulier, pour mieux les découvrir et les comprendre, ainsi que les personnes qui y vivent.

J’ai commencé par les côtés un peu négatifs pour mieux terminer sur les positifs, car ce sont eux qui sont les plus nombreux et les plus importants !

Nous vivons quelque chose d’extraordinaire ! Les petits soucis dont je parle plus haut font parti « de l’aventure » et ils ne sont pas grand-chose en comparaison du plaisir de découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles personnes. Quand on visite un endroit que l’on ne connait pas, on s’émerveille de tout, car plein de petits détails sont différents. Nous pouvons rester cinq minutes en admiration devant un balcon ou une gouttière parce qu’elle est différente et que nous la trouvons belle !

Nous en prenons plein les yeux ! C’est l’avantage du voyage en voiture : être nomades et pouvoir aller où bon nous semble, voir un peu tout ! Nous avons vu des paysages fantastiques, très différents les uns des autres. Surtout en Andalousie, dont nous vous dévoilerons les photos bientôt. Nous voyons plein de beaux bâtiments, à l’architecture très différente de ce à quoi nous sommes habitués.

Et enfin, les rencontres avec les personnes, leurs idées et manières de vivre, sont peut être les choses les plus importantes. Et le plus grand plaisir est de se mettre à adopter des manières de faire différentes des nôtres, de vivre un peu à la manière dont les gens le font ici. Adopter leur rythme, manger les mêmes choses qu’eux etc.

Enfin, nous terminerons par la question de Léa : est-ce que nous nous sommes faits des amis?

Nous avons fait beaucoup de rencontres. Souvent, elles sont très courtes et même si elles sont très riches, très amicales, très sympathiques, il y a de fortes chances pour que nous ne revoyons pas ces personnes par la suite. C’est cela la beauté d’un tel voyage, mais également son côté un peu triste : nous rencontrons de belles personnes avec qui nous partageons des idées qui vont nourrir notre esprit, augmenter nos connaissances, nous amener à nous questionner, à réfléchir, puis ces personnes quitteront notre vie, sauf dans notre souvenir. Mais il y en a aussi certaines que nous serons amenés à revoir, je pense, parce que l’échange que nous avons eu avec elles a été particulièrement fort ! Oui, nous nous sommes faits des amis, et ce n’est que le début !

IMG_3738
Laura, Ximo, Angel et Gitanjali, à Nules. Une super soirée avec d’adorables personnes que j’espère bien revoir plus tard !

J’espère avoir bien répondu à vos questions et attend avec impatience les suivantes !

Nous vous embrassons,

Lucas et Gitanjali

Une Réponse

  1. école de Saint-Sériès classe de Valérie

    bonjour je m’appelle Adeline je voudrais vous poser une question: »quelle est votre ville préférée au Maroc? »
    bonjour je m’appelle Eva je voudrais vous poser une question: »je voulais savoir quel est votre repas préféré au Maroc? »
    rebonjour c’est Charlotte et je voudrais vous poser une question: »combien de temps allez-vous mettre pour allez en Italie? » merci d’avoir répondu a nos questions

Laissez un commentaire