Delta de l’Ebre

Classé dans : Carnet de Voyage | 7

Le Delta de l’Ebre, c’est un peu la Camargue de l’Espagne, avec de très semblables et fantastiques paysages d’étendues d’eau traversées par quelques routes, auxquelles viennent s’ajouter des maisons semblant flotter et des milliers d’oiseaux. Cette aire géographique est le second habitat aquatique le plus important de la Méditerranée après… la Camargue. Le Delta est classé Parc Naturel national et est protégé par la réglementation de ce statut : c’est la protection maximale environnementale des régions de l’Ebre. Aussi, nous sommes quelque peu surpris de trouver au cœur du Delta une activité économique qui semble assez développée. Plus particulièrement importante, la riziculture a été implantée dans les années 1880 et s’est développée dans toute la zone, devenant quasiment omniprésente. C’est 25% de la production du riz espagnol qui est produite ici. Un pourcentage élevé pour une si petite zone !

Nous trouvons donc dans le Delta : des rizières à perte de vue, une foule d’oiseaux se régalant dans ce paradis pour limicoles, palmipèdes et autres échassiers ; mais également un marais salant et, au centre du Delta, dans la ville de Deltebre, de nombreuses usines de transformation des matières premières du Delta, que sont le riz, les poissons et les fruits de mer. Le riz est par exemple utilisé pour la production d’alcools divers (alcool de riz, bière de riz etc).

Au petit matin après avoir passé la nuit sur une des plages désertes du Delta, nous nous arrêtons au café «Lo Tast » à Poblenou, dans le sud du Delta, afin de vous écrire un peu. Là, ,nous rencontrons Santi Queral, propriétaire du bar et qui se trouve être le fils d’une famille de riziculteurs et pionniers ayant créé ce village.

Un petit focus sur Poblenou, car c’est un village un peu atypique. Il n’y a pas encore si longtemps, le village s’appelait Villafranco del Delta. Il fut créé en 1957 par l’administration de Franco à la demande d’El Caudillo (un des titres du dictateur), pour développer la riziculture mais également car celui ci appréciait beaucoup la chasse au canard, une spécialité du Delta. L’administration, dans le but de créer le village et développer la riziculture, avait proposé aux populations locales (les parents de Santi étaient originaires d’un village voisin) de prendre possession d’une maison et d’une quinzaine d’hectares, en échange de leur travail dans les rizières. Cet emprunt en nature, les habitants devaient le rembourser aux fils du temps grâce aux revenus dégagés du travail agricole. A l’époque, le travail du riz et la récolte ne se faisait qu’à la main, un labeur très pénible et usant qui est aujourd’hui mécanisé.

Le reste en image !

7 Responses

  1. Jocelyn

    Des couleurs et des paysages magnifiques, mais mon œil exercé semble avoir détecté quelques détritus… Me trompe-je ? Lucas, Gitanjali, vous ne jetez rien sur la voie publique j’espère…

  2. roselyne pourchet

    Belles images. J’ai le souvenir de rizières similaires au sud de Valencia (lac de l’Albufera et environs), mais un copain espagnol m’a dit que toute cette zone est à présent urbanisée ! Quel dommage.

    • assomarenostrum

      Merci ! L’urbanisation incontrôlée est, de l’aveu de plusieurs espagnols que nous avons rencontré, un fléau qui frappe très malheureusement les beaux paysages de ce pays. Un grand dommage…

  3. Dominique Dumas

    Vos photos sont magnifiques, vs devez vs en mettre plein les mirettes et du coup, par votre intermédiaire moi aussi. merci! Je vois que la météo n’est pas terrible non plu…nous ici c’est pas mal, l’Aygues est prête à déborder et le Rhône c’est fait…Bises

    • assomarenostrum

      Ça, nous nous en mettons effectivement plein les mirettes ! Je vois sur les sites d’actualité français que vous êtes bien inondés… Nous avons à Malaga un temps bien pluvieux également et nous attendons avec impatience le retour du soleil méditerranéen !

  4. Myriam

    Ce sont vraiment de très beaux paysages! Je vous envie ! J’aurais aimé avoir une petite place dans vos bagages.

  5. TEP Virginie

    Je crois que c’est dans l’Elbe qu’on pêche les plus gros silures, aussi si vous avez envie d’une partie de pêche inoubliable, profitez-en.

Répondre à roselyne pourchet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *