Slovénie, Kocevje : rencontre fortuite avec Mirjana

Classé dans : Carnet de Voyage | 4

IMG_0486

Trieste est à l’extrémité est de l’Italie et nous ne sommes plus qu’à une petite dizaine de kilomètres de la Slovénie. Nous ne comptons pas nous arrêter dans ce petit pays qu’est la Slovénie car nous n’y avons pas de contact et nous sommes attendus deux jours plus tard à Zagreb. Nous devons y rencontrer les élèves de l’école Otok, avec qui sont jumelés les écoliers de la classe de CM1-CM2 de Vinsobres.

Notre plan consiste donc à traverser la Slovénie en deux jours, en nous arrêtant une nuit à mi-chemin. De Trieste en Italie, à Zagreb en Croatie, il n’y a que 250km à parcourir et comme toujours nous décidons de parcourir le pays par les routes nationales. Nous ne sommes pas déçus !

IMG_0501

Les deux-tiers du territoire slovène sont recouverts par des parcs nationaux et notre itinéraire ne nous fait passer que par les campagnes. Nous croisons donc des forêts de sapins, des champs et de nombreux petits villages aux très étonnants clochers ! Nous ne voyons pas de grandes agglomérations, peu ou pas d’immeubles mais seulement de charmantes maisons généralement en bois ou en pierre, organisées autour d’une église. Il y a, le long des routes, de toutes petites chapelles avec à l’intérieur une statue d’une vierge marie ou d’un saint, décorées de fleurs. L’ensemble est tout à fait bucolique et nous séduit, Lucas comme moi. Nous nous promettons de revenir y passer un plus long moment, une autre fois.

Le nuit tombe et nous arrivons à notre escale du soir, la ville de Kocejve. Nous avions prévu de bivouaquer dans les parages mais nous nous rendons compte qu’à 17h tout a déjà gelé dehors. N’envisageant plus cette possibilité, nous commençons à chercher un lieu où passer la nuit au chaud… Suit une longue série de déplacements, de rencontres et appels téléphoniques afin de trouver un hébergement. Les prix proposés pour une chambre sont exorbitants et notre ultime espoir est un hôtel situé près d’un lac, non loin de là.

IMG_0529

A côté du lac, nous repérons un point d’information touristique. Nous y rencontrons Mirjana qui y travaille et nous offre un café. Elle nous parait immédiatement extrêmement sympathique et nous communiquons sans problème car Mirjana a vécu par le passé vingt ans en France. Nous discutons, passons une heure à chercher un logement à un prix décent et finalement, faute de n’avoir rien trouvé, Mirjana nous propose très gentiment de venir passer la nuit chez elle, son mari et ses deux fils. Nous ne nous faisons pas prier et nous sommes bientôt en route pour sa maison !

Nous passons une excellente soirée. Mirjana parle français, ses garçons maîtrisent l’anglais et son mari… le slovène. Notre entrée en Slovénie puis dans les Balkans est particulière car depuis notre départ, c’est la première fois que la langue nous est complètement étrangère. Le Maroc étant à part car le français y tient encore une place prépondérante.

IMG_0535

Mirjana et sa famille vivent dans une maison bien sympathique. Elle est chauffée grâce à un gros poêle, qui est construit pour servir également de gazinière. Il faut veiller à ce que le poêle soit toujours approvisionné en bois. Le bois, ils vont le couper en famille dans une forêt voisine. Ce qui me paraît être un travail bien difficile est un grand amusement pour Mirjana et sa famille ! Ils ont un terrain suffisamment grand pour qu’ils y fassent pousser divers fruits et légumes que Mirjana prépare et met en boite pour l’hiver, quand plus rien ne pousse. Il ont également quelques gros lapins. Il y a donc une fabuleuse armoire à bocaux grâce à laquelle on peut boire du jus de pêche maison en ce mois d’hiver. Un délice ! On y trouve également des bolets, des girolles, des cèpes, des trompettes de la mort et quantité d’autres champignons, car d’avril à septembre le sol en est recouvert. Tout ça nous donne droit à un succulent repas !

IMG_0526

Petite parenthèse. Un des éléments du repas sont des boulettes faites de farine et d’œufs. Ce qui me surprend et m’émeut un peu à la fois car c’est la première fois que je mange ces boulettes sans que ce soit ma grand mère qui ne les ai préparées. La mère de mon père est une immigrée polonaise et sa cuisine s’en ressent, en allant vers l’est je vais redécouvrir des plats de mon enfance…
Fin de la parenthèse.

D’après ce qu’on nous dit, les slovènes produisent encore eux même beaucoup de leur nourriture, ou du moins une partie. Par exemple, faire son propre jambon est une tradition familiale. Mirjana nous dit que le pays et ses habitants ont conservé la tradition d’une vie plus « proche de la nature ». Ce que l’on croit bien volontiers.

Si l’on veut bien s’éloigner de la Slovénie champêtre que l’on nous donne à voir au premier abord, nous découvrons une situation précaire pour cette famille et qui semble être partagée par de nombreux slovènes. Avec son emploi, Mirjana, qui travaille 40h par semaine, touche 670€ par mois tandis que son mari est au chômage et ses deux enfants, Erik et Uroš ont tous les deux des petits boulots. Uroš étudie l’informatique et a un job à la radio locale. Erik est menuisier, mais, n’ayant pas trouvé de travail dans son domaine, il distribue le journal le matin puis fait du porte à porte pour vendre de la charcuterie l’après midi. La crise économique touche tous les pays européen, la France y compris, mais nous nous rendons compte au fur et à mesure de ce voyage que nous avons des acquis en France qui font de nous des privilégiés. Sur ces trois premiers mois de voyage, après avoir traversé la France, l’Espagne, le Maroc, l’Italie, la Slovénie et maintenant la Croatie, nous pouvons dire que de tous, c’est la France qui s’en sort économiquement le mieux. Et pourtant…
Heureusement que la vie a plus à offrir que le confort matériel et que la solidarité existe encore !

IMG_0549

Finalement, nous repartons le lendemain matin, les bras chargés de bocaux que Mirjana nous a très gentiment offert. La rencontre fut courte mais intense et nous partons avec l’espoir de revoir Mirjana et sa charmante famille par la suite. En live un petit interview de notre charmante hôte.

IMG_0566

Toutes les photos de l’article :

4 Responses

  1. pop rené

    Manger, manger …
    Notre chère et charmante Gigi est toujours en forme !

    Et continuez à faire des super rencontres comme cette extraordinaire et grande Mirjana.
    Bisous à tous les deux.

    • Alexia Mauhar epouse Mestini

      Bonjour je suis la nièce de mirjana et je trouve votre recit très bien. Les photos sont magnifiques. Ma tante est effectivement quelqu’un de sympathique et très humaine. Je suis deja allée en Slovénie (petite et adolescente) et la région est très jolie. J’ai de très beaux souvenirs. Ce blog est très réussi. A bientôt ta nièce alexia

  2. André et Jeanine Mulatier

    Bonjour depuis Rhône Alpes !
    Très bien votre blog ! nous connaissons Mirjana depuis 30 ans ,et l’ex Yougoslavie depuis les années 70 toute la région est belle, la vallée de la Kupa, mais aussi la Croatie le Montenegro , et Mostar en Bosnie , comme vous nous aimons la découverte des cultures et des langues différentes, mais la Slovénie et la Croatie sont chères à notre coeur, et nous y avons des amis à Zagreb et Lubljana ,au début la plupart des routes secondaires n’étaient pas goudronnées et seulement empierrées , impossible de doubler à cause de la poussière !
    Depuis nous avons aussi parcouru la Tchèquie , la Slovaquie , la Hongrie et surtout la Roumanie (4 fois !) avec l’âge nous pensons ralentir un peu le rythme malgré tout, personnellement je recommande la Roumanie que nous connaissons bien aussi , belles routes gens accueillants contrairement aux dires de certains (voir mon blog) je vous souhaite de faire comme nous et de continuer de partir à la découverte de ces vieux pays qui sont l’Europe
    Sincèrement
    André Jeanine Mulatier

  3. Mauhar ép Marchesano Annick

    Bonjour depuis le Beaujolais!
    Je remercie tout particulièrement ma soeur Mirjana du fond du coeur pour ce blog, sans oublier ses amis.En regardant les photos et en écoutant le commentaire je dois te dire Mirjana que je suis très émue. J’ai quitté mon pays natal depuis plus de 47 ans maintenant . Je trouve que la Slovénie depuis tout ce temps n’a rien perdu de son charme naturel. Vraiment un très beau pays à visiter et comme tu le dit si bien les gens savent accueillir.Donc je conseil à toutes les personnes qui ont la possibilité de traverser ce pays de faire une pause.
    Mirjana Je t’embrasse Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *